Site de l'académie de Versailles

Accueil > Vie lycéenne > Le Club Europe à Bruxelles : les élèves racontent

Le Club Europe à Bruxelles : les élèves racontent

lundi 24 décembre 2018

Vous trouverez le récit des élèves de leur passage dans les institutions européennes et culturelles belges.

Au parlement
au pied de Gaston Lagaffe

Voici le compte rendu des élèves

Commission Européenne

Laurent FOREST,un fonctionnaire de la commission nous a présenté la commission Européenne. Il nous a d’abord rappelé que L’Union Européenne a pour objectif premier de préserver la paix ainsi que la liberté et la démocratie suite aux traumatismes liés à la seconde guerre mondiale. Par la suite des objectifs économiques viennent s’ajouter aux objectifs politiques comme l’instauration de la CECA (la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier) pour confier ses ressources à la haute autorité. Puis en 1957, c’est la CEE (Communauté Economique Européenne) qui est mise en place.

La commission européenne est un organe composé de 28 membres  : un président et 27 commissaires issus chacun d’un des États de l’UE. Son but est de proposer de nouvelles lois ainsi que différents programmes à l’échelle européenne. Elle dispose à ce titre d’un pouvoir exécutif et chacun de ses commissaires est spécialisé dans un domaine.
Elle traite de différents aspects tels que la fiscalité, la sécurité ou les affaires étrangères. Les principaux textes légaux peuvent être directement appliqués auprès des pays ; les directives peuvent être transposées dans les législations nationales.
Son budget s’élève en 2018 à 160 milliards d’euros, provenant du revenu national brut des états membres, de la TVA et des droits de douanes.

Actuellement, la Commission Européenne doit statuer sur les mesures à prendre, suite à la décision du Royaume-Uni de sortir de l’Union et elle doit organiser les modalités de cette sortie. C’est le Français, Michel Barnier qui dirige les opérations.

Cela nous a donc permis d’en apprendre davantage sur le fonctionnement d’une des plus importantes institutions de l’UE, et d’être en contact avec des gens travaillant dans ce secteur de manière quotidienne et étant confrontés à des problèmes actuels tel que les migrants ou le Brexit. Ils ont pu répondre à nos questions et nos interrogations. Et nous avons pu prendre conscience de notre identité et notre appartenance à l’UE indépendamment de notre citoyenneté nationale.

Service européen pour l’action extérieure

Intervenants :
Christophe Goussot (Strategic planner)
Sanja Marinkovic(spécialiste des Balkans occidentaux)
Arnaud Migoux(détaché du ministère de l’intérieur

Lors de notre visite à la Commission Européenne, nous avons rencontré des membres du Service Européen pour l’Action Extérieure, service qui, comme nous l’a expliqué Christophe Goussot, découle de la volonté de l’Europe d’avoir une politique étrangère commune. Si cette volonté a toujours existé, elle n’a été concrétisée qu’après les conflits dans les Balkans dans les années 90 qui ont fait réaliser à l’Europe cette nécessité, et le traité de Lisbonne en 2009.

L’objectif de ce service est d’apporter de la cohérence aux actions de l’union Européenne sur le plan de la politique étrangère. On y trouve des structures de gestion de crise, de sécurité et de défense, et des délégations de diplomates qui relaient les décisions prises. Leur plus haute représentante est Mme Mogherini. Ils réalisent également un travail d’intégration, visant à harmoniser les outils d’action militaire entre états membres. (en effet chaque pays à ses armes spécifique, une stratégie propre…)
Christophe Goussot a d’abord évoqué les rôles, compétences, et objectifs de l’Union Européenne portés par ce service. Mr Arnaud Migoud a exposé les réalisations concrètes de la PESC (Politique Etrangère et de Sécurité Commune) : des envoyés spéciaux au service des opérations de maintien de la paix, la mise en place de stratégies communes dans le domaine de la lutte contre les trafics et dans le domaine maritime. Ce service vise à compléter les actions des Nations Unies. Il met en place, entre autres, des missions militaires pour former les armées ou les administrations locales.

Les difficultés rencontrées par ce service sont liées à la complexité de la prise de décision intergouvernementale, chaque décision devant être adoptée à l’unanimité. Sans oublier la rivalité institutionnelle entre la Commission et le Conseil européen.
L’importance nouvelle du service, auquel on vient d’allouer le Fond Européen de Défense, reste encore loin de la réalisation d’une armée commune. Les soldats qui partent en opération restent des soldats mandatés par leur pays et non par l’UE.

La spécialiste des Balkans, Mme Sanja Marinkovic, a ensuite expliqué le projet d’élargissement de l’UE qui prévoit d’intégrer dans un premier temps la Serbie et le Monténégro, puis éventuellement, dans un deuxième temps, la Macédoine, la Bosnie, l’Albanie et le Kosovo. Autant de pays qui sont en cours ou qui vont débuter leurs négociations avec l’UE, conditions nécessaires à leur intégration. Le rôle de Mme Marinkovic et de son équipe est d’améliorer l’image des pays des Balkans dans les pays de l’Europe occidentale avant la tenue d’éventuels référendums dans les pays membres sur la question de leur intégration ainsi que de promouvoir l’UE dans les pays candidats à l’intégration. Elle a fini son intervention en nous démontrant les avantages d’un tel élargissement, aussi bien pour l’UE que pour les pays candidats.

Pour le club Europe, Violette BOUVERET Jaïlys SOLIGNAC Mona Fraser et Héloïse Ostian

The European Parliament

​We went to the European Parliament. There, we met Pernilla Jourde, a swedish communicator at the European Parliament. She showed us the inside of the building. In the lobby, there was a big sculpture made by Olivier Strebelle, representing the European Corporation. It was a mobile, meaning that when one part is moved, all of the others are as well. It was pretty quiet, due to the upcoming holidays.
​We were then escorted to a conference room where Ms.Jourde did a presentation about the European Parliament. The EU consists of 28 countries that speak 24 different languages. We were informed that members of the Parliament are entitled to read and understand all propositions in their native language and if the texts are not available in that language, they may refuse to vote. Which is why there are 800 translators and anywhere between 400 and 450 interpreters currently employed at the European Parliament.

Dans l’hémicycle du parlement avec Pernilla J

​Next, she gave us a quick rundown about the history of the European Union. How it started in 1951, with France, Germany, Italy, Belgium, Luxembourg and Netherlands, and how it came to be the great corporation that it is today. She gave us her personal opinion on Brexit, how the UK will suffer from it far more than the EU and how it was a badly informed decision.
​Afterwards, she went on to explain how the European Union functions. It is divided in multiple institutions, three of them being :
​​- The European Parliament : made up of 751 members and led by Antonio Tajani. It represents the European citizens.
​​- The European Council : made up of 28 commisioners and led by Donald Tusk. It represents the interests of the European Union.
​​- The European Commission : made up of the 28 heads of state, 28 ministers and led by Jean-Claude Juncker. It represents the interests of the member states.
​She then showed us the Hemicycle. We could see all of the seats and the interpreters’ cabinets. It was a really large room and quite impressive. That was our visit to the European Parliament. We are incredibly thankful to them for welcoming and allowing us to have this educational experience.
Arthur Messerschmitt, Loreta Fraser

Arthur et Loreta

Playing game in Brussels

Friday afternoon, we went to the Parlamentarium in Brussels, which is located on the east side of the city in the European District. It is meant to help visitors understand how the European Parliament works. There, we participated in a role-play game, it was an interesting activity and appreciated by the whole group. We played the parts of members of the European Parlament. Our job was to discuss and vote laws. There were four political parties : the green party (15% of seats), the socialist party (30% of seats), the popular party (35% of seats) and the liberal party (20% of seats). There were 7-8 pupils in each party. Our goal was to defend the ideas, the agenda of our own party. In the game, we studied two proposals, the first was about water and environmental issues and the second was about the implantation of micro-chips in people’s bodies for security reasons. Each party studied both proposals. We wad to find compromises between parties to try to reach a majority in Parliament, without brtraying your party’s ethos. But it wasn’t easy and that is why the game was funny and interesting. In order to make informed decisions, we first got information from experts and listened to the opinions of citizens. Then we prepared arguments to try to convince the other parties and we formed alliances by agreeing to some amendments which were convenient for the party. We attended different meetings and Parliamentary sessions before casting our votes. We thought the most difficult step was when we had to negociate because the atmosphere was tense and stressful, we couldn’t hear well what the others were saying and we had limited time. Finally we finished the game with satisfying results for the popular party. To conclude, this activity allowed us to learn more about the process of voting laws in Parliament.
Sihad Asaduzzaman

Comité Européen des Régions

Lors de notre visite au Comité des Régions, nous avons rencontré Caroline Bouquerel qui travaille à la direction A du service général. Elle nous a d’abord expliqué le fonctionnement de ce comité : c’est un organe consultatif.
Il comporte 350 membres qui sont répartis en délégations selon la taille des pays ; en effet la France compte 24 membres tout comme l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni par exemple. Les délégations de chaque pays sont réparties en 5 groupes politiques et 6 constitutions.

Au comité des Régions

Ses membres constituent un pouvoir local et régional, ils sont par exemple maires ou élus locaux. Le Comité des Régions comporte également un secrétariat général avec 7 directions dont la plus importante et celle qui concerne la traduction car 24 langues sont utilisées dans les institutions de l’Union européenne.
Caroline Bouquerel nous rappelle ensuite une petite chronologie de la création de l’Union européenne en insistant sur le Traité de Lisbonne en 2009 qui renforce le rôle politique du Comité des régions en effet on observe depuis environ 5 ans une augmentation du poids des élus locaux et plus de coopération entre les différents organes de l’Union Européenne.
Comme son nom l’indique le Comité des Régions s’occupe des régions et en particulier des NUTS 2 (nomenclature d’unités territoriales statistiques) ce sont les régions comme en France par exemple l’Île-de-France : dans toute l’UE on en compte 281. Il existe également les NUTS 1 qui sont des régions économiques qui peuvent s’étendre sur plusieurs pays mais également les NUTS 3 qui sont des micro-régions.

Comité européen des Régions : Alix et Jules

Comme nous l’avons déjà vu le Conseil des régions est un organe consultatif qui rend un avis sur la politique régionale au cours du processus législatif dans les différents organes décisionnels de l’Union européenne tel que le Parlement européen ou la Commission européenne. Certaines décisions imposent un avis du Comité des régions par les autres organes de l’UE. Il y a par exemple certains domaines de consultation obligatoire tels que la santé (par exemple lors de la peste porcine) ou bien politique comme le Brexit (ce qui concerne les conséquences sur la vie quotidienne des Européens notamment sur les inquiétudes des élus irlandais avec la notion de backstop : c’est-à-dire la barrière physique entre les deux Irlande). Le Comité des régions a également participé à la mise en place de l’économie circulaire c’est-à-dire la réduction maximum des déchets en instaurant par exemple le recyclage et le tri. Elle a également oeuvré pour le e-learning et le programme Erasmus ainsi que pour l’équivalence de certains diplômes dans les différents pays de l’Union Européenne.

Comité européen des Régions : Estelle et Cyrielle

La mission principale du Comité des régions et d’entretenir le dialogue citoyen elle organise par exemple des petits événements locaux à l’initiative des membres du comité. Les membres du comité des régions sont choisis par le Conseil européen parmi des élus locaux et régionaux conseillé par leur pays membres. Les membres du Comité des régions voyage beaucoup dans les 28 États membres notamment pour l’organisation de sommets dans différents États de l’Union européenne.
Béatrice, Giulia, Théodore, Virgile, Sylvain

Comité européen des Régions : Béatrice et Giuila

Le musée Magritte

Nous avons pu visiter le musée Magritte de Bruxelles. Nous avons découvert les œuvres surréalistes de René Magritte, qui était un peintre belge du XX ème siècle. Pour la plupart d’entre nous, ce fut une première découverte. Ses peintures en ont inspiré plus d’un et ont parfois laissé place à des interprétations… originales ! Le musée s’étalait sur trois étages et comprenait des peintures, des vidéos mais aussi des sculptures, qui étaient parfois d’autres artistes. Sur les murs étaient écrites des citations de Magritte qui illustraient les œuvres que l’on pouvait voir. Sa vision des choses notamment sur la place des mots et leur utilisation avec son œuvre « La trahison des images » pourrait nous resservir en philosophie.Ainsi, c’était une visite très intéressante, pleine de découverte et de philosophie.
Inès Fresquet

La trahison des images, René Magritte

Le Musée Magritte

Le jeudi 20 décembre 2018, nous sommes allés au musée Magritte. René Magritte était un grand peintre surréaliste belge du XXe siècle. Il est né en 1898 et mort en 1967. Ses œuvres se basent sur une réflexion philosophique qui a pour effet de faire réfléchir les spectateurs sur leurs significations.
Nous avons visité ce musée en visite libre et nous avons donc pu analyser et interpréter librement chaque œuvre. Nous avons ainsi pu voir beaucoup d’œuvres très connues comme L’Intelligence, L’Ellipse, L’Art de la conversation et pleins d’autres encore.
En vue de notre baccalauréat de Français en fin d’année, nous avons pu choisir plusieurs citations de Magritte affichées un peu partout dans le musée pour nos futures dissertations. Nous en avons retenu quelques unes comme par exemple : « Je peins l’au-delà, mort ou vivant. L’au-delà de mes idées par des images » ou encore «  Le Surréalisme, c’est la connaissance immédiate du réel ».
Les avis des élèves du club Europe sur ce musée sont divisés : une partie a adoré Magritte et sa vision philosophique et l’autre reste mitigée.
Louna Hammann, Solène Gaillot

l’Art de la Conversation"

| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Rabelais de Meudon (Académie de Versailles)
Directeur de publication : Sarah Layet