Site de l'académie de Versailles

Accueil > Dans les classes > Lettres - Sciences Humaines et Sociales > LES SECONDES 6 AU THEATRE 71 :

LES SECONDES 6 AU THEATRE 71 :

mardi 9 mai 2017

FIN OCTOBRE, BLOCKBUSTER, UN SPECTACLE UNIQUE !

Par Léa Cruet et Rémi Monteil.

Theatre 71 Blockbuster

Un spectacle vraiment original !
Pourquoi original ? Car on est au théâtre et on voit un film fait d’un mélange de plusieurs extraits d’Iron Man, de James Bond, de Rocky, d’Expendables et d’autres. Et cette grande variété de films amène un côté comique car on se souvient des films d’origine. De plus, la bande son est très particulière car elle est faite sur scène par des acteurs qui, non seulement font les voix des personnages, mais utilisent différents objets pour les bruitages comme des sacs qui glissent sur une table, des bruits de pas, des clés. En plus, les personnages que les acteurs doublent sur scène sont des acteurs ou actrices connus comme Julia Roberts, Sylvester Stallone, Brad Pitt…Et tous ces personnages rendent le spectacle encore plus intéressant car tout le monde les connaît comme Sylvester Stallone qui est montré comme un assassin totalement idiot, décalage qui fait beaucoup rire !
Dernière originalité et pas des moindres ! Le film nous a finalement accusés d’être un bastion de la résistance qu’il fallait attaquer. Ainsi, de la fiction à la réalité, le décor a fini par s’écrouler pendant qu’un des artistes courait brûlé dans la salle en criant « Attention ! On nous attaque ! », jusqu’à ce que les lumières s’éteignent et ainsi nous signifient la fin du spectacle.

Un film à message.
En plus d’être original, ce spectacle est engagé et parle de politique ! Tout commencera car l’héroïne, Corinne Lagneau jouée par Julia Roberts, rédige un article sur les entreprises richissimes qui évitent leurs impôts via des sociétés offshore. Contre les riches et le cynisme des banquiers, elle veut une révolution ! Stallone en tueur à gages est donc chargé de l’éliminer mais il n’y arrivera évidemment pas ! Ainsi le film dénonce le pouvoir des riches sur la société et les risques que cela peut engendrer.

Au final donc un spectacle troublant, intéressant et marrant qui réunit tout pour passer un bon moment ! De loin notre spectacle préféré : c’était vraiment super !

EN DECEMBRE, AMPHITRYON, UN SPECTACLE OUBLIABLE !

Par Grégoire Taverne et Hélène Tessier.

Théâtre 71 : Amphitryon

Un livre ennuyeux.
Il faut dire que cela ne commençait pas bien : Amphitryon est une livre de Molière que les secondes 6 ont trouvé ennuyeux bien que l’histoire soit assez intéressante. En effet, cette aventure basée sur des quiproquos est assez surprenante, mais longue et difficile à lire. Pour vous donner une idée, Jupiter, amoureux d’une mortelle, se transforme en son mari, Amphitryon, pour passer une nuit avec elle. Et pour retenir Amphitryon à la guerre, il demande à Mercure, son valet, de se transformer en Sosie, lui-même valet d’Amphitryon. Bref, on ne sait jamais qui est qui et notre classe de seconde n’a pas vraiment été charmée par le vocabulaire et le mode d’écriture de Molière !

Une mise en scène qui aide.
Alors, c’est indéniable : la mise en scène a permis de mieux comprendre l’identité des personnages. Comme le valet de Jupiter, Mercure, qui l’aide dans sa tromperie, se métamorphose en sosie de Sosie (!), c’était compliqué à suivre dans le livre, mais pas sur scène puisque un des comédiens était blanc et l’autre métis ! Jupiter et Amphitryon, eux, étaient interprétés par deux comédiens différents ce qui nous permettait de savoir si c’était le dieu ou le mortel qui parlait. En plus, de grandes étoiles et planètes étaient suspendues au-dessus de la scène et en fonction de l’endroit où se trouvaient les personnages -sur terre ou dans les étoiles pour les dieux- elles descendaient pour qu’on les voie bien ou elles montaient pour signifier qu’on était sur terre.

Un spectacle qu’on oublie.
Cependant, en dehors des belles suspensions au-dessus de la scène, on ne retient pas grand-chose sur le jeu des comédiens dont aucun n’était réellement marquant et comme le livre, ce spectacle paraît long.

ENFIN, EN FEVRIER, 9000 PAS … POUR RIEN !

Par Diane Kerdelhue et Héléna Muffat.

Théâtre 71 : 9000 pas

Payer pour aller voir des personnes marcher sur du sel, voilà ce que notre classe de seconde 6 a fait, en février dernier, durant 1h30 ! A l’écrit, cela semble ennuyeux, mais à voir, c’était encore pire !

En effet, dès les premières minutes, on peut voir une personne, car j’ai de la peine à la nommer « un danseur » rentrer sur la scène et marcher en formant toujours le même cercle pendant au moins 15 minutes. Puis elle part de scène et une autre personne la remplace et exécute exactement les mêmes mouvements, ce qui se répète pendant la moitié du spectacle… Nous, lycéens, étions complètement perdus ! Plusieurs questions volaient dans les rangs : « Que font-ils ? » ; « Quel est le but ? » ; « Je ne comprends pas, quelqu’un peut m’expliquer ? ». Et bien non, ce spectacle fut incompréhensible pour tous jusqu’à la fin.

Je vous avoue que j’ai longtemps eu l’espoir qu’un élément perturbateur dans la danse ou dans le scénario vienne rendre ce spectacle intéressant, mais au bout d’une demi-heure, j’ai fini par abandonner tout espoir. Car, pendant 1h30, nous avons vu des danseurs faire des courbes, des cercles et des spirales, se répétant sans arrêt sur une musique plus qu’énervante donnant mal à la tête très rapidement, un peu comme celle de Disney dans tout le parc ! Vous imaginez ! Seul le changement de vêtement retenait les élèves éveillés car ils essayaient de retrouver quel danseur portait quoi : un homme avec une combinaison rose, une fille avec une cape violette…

Finalement faire 9000 pas avait l’air d’être le seul but du spectacle. Inutile de vous dire que je vous déconseille fortement ce spectacle, à part si vous êtes un ou une fan de danse contemporaine !


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Rabelais de Meudon (Académie de Versailles)
Directeur de publication : Sarah Layet